1ère phase des travaux sur le ruisseau de l’Abereau

1ère phase des travaux sur le ruisseau de l’Abereau
03/11/2015

Mardi 3 novembre, le Syndicat Rivières des 4 Vallées a réceptionné la première phase des travaux de restauration menés sur l’Abereau, pour la protection des crues et des inondations sur la route des Serpaizières, à Chuzelles. L’objectif de ces premières opérations était d’aménager, en amont, sur la commune de Serpaize, une zone de stockage des matériaux et de limiter le débit de fuite. Les élus de ViennAgglo et des communes de Chuzelles, Serpaize et Villette de Vienne, présents ce jour, ont notamment pu assister à la mise en service de la vanne.

Cette étape marque la fin d’une première phase de travaux visant à réduire le risque d’inondation sur la route des Serpaizières. Réalisés par l’entreprise Roger Martin, sous maitrise d’œuvre du bureau d’étude V.D.I, elle intégrait deux opérations : l’entretien de la plage de dépôt par extraction des matériaux et la pose d’une vanne murale sur l’exutoire existant.
En effet, les débordements de ce ruisseau torrentiel (en eau que lorsqu’il pleut), sur ce tronçon, sont plutôt systématiques lors de fortes pluies. D’autant plus qu’il n’existe plus, à l’heure actuelle, de zones d’expansion des crues : ces espaces (naturels ou aménagés) où se répandent les eaux lors du débordement des cours d’eau (lit majeur).

Comment la vanne va-elle ralentir ce phénomène ?
Pour limiter l’afflux d’eau sur la partie de l’Abereau qui longe la route des Serpaizières, un bassin de rétention et une buse avaient été installés en amont pour écrêter les crues. Cette buse, ne jouait son rôle d’écrêteur qu’en cas de très forte crue alors qu’il suffit de petites pluies pour que le phénomène provoquant les débordements s’opère. Il fallait donc en réduire la taille pour la rendre efficace en toute circonstance : c’est le rôle de la vanne. La vanne a pour objectif de réduire la taille de l’exutoire, bloquant plus d’eau et de graviers.

Que faire des matériaux charriés par les crues qui s’entassent devant la buse ?
Pour permettre aux matériaux de se répandre de façon plus homogène, une plage de dépôt a été aménagée pour piéger les graviers dans cette zone stratégique. Ainsi, une moindre quantité passe la buse pour rejoindre la partie sensible aux débordements.
L’Abereau reste toutefois le principal fournisseur en matériaux de la Sévenne, il est donc important de trouver un compromis qui permette d’en laisser passer suffisamment sans aller à l’excès.
La vanne apporte une solution adéquate puisque elle réduit la taille de la buse tout en permettant le contrôle du débit et donc de la quantité d’eau et de matériaux.
Il restera cependant nécessaire d’entretenir cet espace régulièrement, en extrayant l’excès de matériaux pour les réinjecter ailleurs sur le bassin versant.

Retour à toutes les actualités