La concertation pour le projet de restauration de la Sévenne : des enjeux partagés

La concertation pour le projet de restauration de la Sévenne : des enjeux partagés
06/07/2017

Ce jeudi 6 juillet 2017, le Syndicat a lancé la première réunion du comité institutionnel dans le cadre de la construction participative du projet de restauration de la Sévenne. Les institutions, associations, fédérations et élus des communes se sont réunis pour élaborer dans un premier temps les objectifs prioritaires pour le projet. Au total, ce sont 17 personnes qui se sont mobilisées pour co-construire un projet partagé de tous.

UN PROJET, UNE SOLIDARITÉ DE BASSIN

Trois des quatre zones de restauration de la Sévenne se situent dans la partie médiane, en plaine. Sur ces tronçons, situés sur les communes de Luzinay, Villette-de-Vienne et Chuzelles, la rivière a subi d’importantes modifications. Des aménagements ont été réalisés sur la rivière (protections de berge, augmentation du gabarit du cours d’eau et modification de son tracé) afin de protéger les enjeux locaux des débordements du cours d’eau, notamment en cas de crue. Bien que nécessaires sur le moment, ces ouvrages engendrent, à plus ou moins long terme, des altérations pour la rivière, mais aussi pour les biens et les personnes (inondations, érosions entrainant la perte de foncier, …). Ces dérèglements vont accentuer les dégâts liés aux crues en partie médiane, mais aussi et plus intensément, en partie aval. Le dernier tronçon, situé dans la zone industrielle de Leveau, en partie aval, est actuellement en zone inondable. Dans cette portion, la Sévenne est également rectiligne et assez homogène, ne permettant pas une bonne qualité de la rivière.

Dans ce cadre, le Syndicat prévoit dans son Contrat de rivière, de restaurer la morphologie des cours d’eau afin de réduire les dégâts occasionnés pour les populations locales. L’objectif ici serait de permettre à la rivière de s’ajuster naturellement en cas de crue, en la reconnectant avec sa zone humide et limiter ainsi les risques pour les parties médiane et aval.

UNE DÉMARCHE PARTICIPATIVE ET COLLABORATIVE

Pour construire ce projet de restauration, les élus du Syndicat ont choisi de mettre en place un processus participatif citoyen afin de prendre en compte l’avis de l’ensemble des parties prenantes au projet. Cette restauration étant de grande ampleur et impliquant plusieurs communes, le Syndicat Rivières des 4 Vallées a répondu à un appel à projet lancé par l'Agence de l'Eau RMC et l’Institut national de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture (IRSTEA), et a été retenu, afin d’être accompagné tout au long de la démarche.

Le Syndicat élabore et anime des réunions de concertation avec trois groupes distincts : le comité institutionnel, le comité riverain et le comité citoyen. Pour autant, les avis de chacun de ces groupes sont considérés avec le même degré d’importance. Une Charte des bonnes pratiques, rédigée par le Syndicat, définit les principes et règles de bases de la concertation.

Quatre réunions de concertation seront organisées d'ici la fin de l'année. La première permet de recueillir la vision des participants vis-à-vis de leur rivière, ainsi que leurs attentes et leurs craintes liées au projet. La seconde réunion permettra de co-construire des scénarios en fonction des attentes et craintes de chacun, mais aussi des contraintes financières ou réglementaire. Lors de la troisième réunion, le but sera de faire consensus et d'élaborer un scénario commun, partagé de tous. La quatrième réunion sera une restitution plénière où le Projet validé sera explicité à l’ensemble des participants.

Retour à toutes les actualités